Menu

Pomi

«Intervalle»

CCL Expo jusqu’au 18.03.2018 Entrée libre

Vision mystique, mondes parallèles, et portes des perceptions se confondent dans la marge, incertains. C’est une exposition vraiment pas anodine, à la fois pour mémoire et pour raconter des histoires, pour questionner sur la disparition des indices de nos vies, des titres, de ce qui est inachevé ou pas, fragmentaire, exposable.

Pierre-Olivier Micheloud est un artiste imérien inconnu. Il n’y a pas l’ombre d’une trace de lui sur les réseaux. À ma connaissance, il n’a présenté qu’une seule fois ses œuvres au public, à la galerie d’Espace Noir. J’ai été, à cette occasion, surpris par le foisonnement de son univers pictural.

Porté par les courants dans des méandres oniriques, l’artiste voyageur immobile nous rend compte de ses explorations. Au-delà des mots qui manquent pour décrire, Pomi a développé dans ses œuvres sa propre théorie des couleurs et un flot de détails symboliques. Il a imaginé sa cosmogonie, les mondes qui l’occupent et les êtres qui y habitent. Sa sensibilité en chaud et froid se livre, elle fait douter, génère sur la toile méfiance et envie.

Les peintures sauvegardées au décès de Pomi ont été produites sur une période de vingt ans environ. Elles nous offrent une vue très intéressante sur le développement d’un parcours artistique atypique. D’une influence street art psychédélique dans les années 90, son travail évolue au tournant du siècle vers une expression orientaliste qui rappelle la curiosité de ses illustres prédécesseurs du XIXe à la découverte des arabesques et de la calligraphie du Moyen-Orient. Si tout le monde est prêt, le voyage peut commencer.

 

Le bénéfice des ventes de l’exposition sera reversé à la fondation Theodora.